Sylvie: « Mon expérience des couches lavables: Saines, économiques et écologiques !!! »

« En pensant à mon futur bébé au cours de ma grossesse, je n’avais qu’une seule envie c’est de le faire vivre dans un milieu le plus sain possible, loin de toute substance nuisible comme les perturbateurs endocriniens (bisphénol-A et compagnie) ou pire …

Étant donné que nous ne sommes pas à l’abri qu’une nouvelle substance que nous avons mise au contact de nos bébés et enfants, soit découverte comme nuisible, je me suis donc tout naturellement tournée vers les matières premières inertes comme le verre pour les biberons ou les tissus en coton bio pour la confection.

Mon second souci était le budget, étant maman solo avec très peu de moyens, il me fallait trouver comment faire bénéficier mon bébé du mieux au meilleur coût.

Un très gros budget lorsque l’on est parent, ce sont les couches : il faut compter 2000€ pour les deux premières années et demi, en couches jetables jusqu’à la propreté espérée de notre bébé, sans compter l’effet délétère sur la nature.

La solution à la fois économique est respectueuse de la santé de mon bébé, ce sont les couches lavables en matériaux bio.

Il faut compter 600€ pour avoir assez de couches lavables achetées toutes faites jusqu’à la propreté de l’enfant, soit une économie de 70%, soit 1400€ économisés.

Pour pouvoir faire encore plus d’économie, je me suis tournée vers les couches lavables que j’ai faites moi-même. Il m’en a alors coûté 250€ en pressions, élastique, fil, coton bio, pul oekotex et micropolaire oekotex ; pour les matières premières et une quarantaine d’heures de travail.

Bilan global : 1750€ économisés (87%) grâce aux couches lavables faites maison.

En ce qui concerne le patron de ces couches, plusieurs modèles existent. Je me suis décidée pour des TE2 en taille unique. Afin de pouvoir faire entrer mon bébé avec ses couches lavables (qui ont tendance à être un peu plus volumineuse que des jetables), dans des vêtements standards, j’ai créé deux modèles de TE2 : un modèle de 3-9kg et un modèle de 9-16kg. J’ai aussi créé des inserts adaptés à ces deux types de couches.

Le seul coût restant, ce sont les voiles que l’on choisit plus épais pour les nouveau-nés aux selles un peu liquides et un peu plus fins plus tard. Il faut compter une cinquantaine d’euros en plus jusqu’à la propreté.

Il ne me manquait plus qu’à les tester…

Ma petite puce est née le 3 Décembre dernier. Après 3 premiers jours de vie à la clinique, où je n’ai pas pu utiliser mes couches lavables car je ne pouvais les stocker et les laver comme je l’entendais, sans compter le fait que ça n’arrangeait pas l’organisation de ma clinique.

J’utilise enfin mes couches lavables depuis 10jours, elles sont très pratiques, aucune fuite à déclarer, et mon bébé n’a pas les fesses rouges.

En conclusion, les couches lavables qu’on les achète déjà prêtes avec leurs inserts ou qu’on les fasse nous-mêmes, sont très économiques, saines pour nos bébés, et en plus écologiques en diminuant le coût des déchets. »

Sylvie

2 réflexions au sujet de « Sylvie: « Mon expérience des couches lavables: Saines, économiques et écologiques !!! » »

  1. Bonjour,

    merci pour ce témoignage fort intéressant…mais qui perd beaucoup de sa pertinence quand on lit la fin, malheureusement ! 10 jours d’utilisation sur un nouveau-né, ce n’est pas suffisant pour donner un avis éclairé et complet sur le système.

    Je m’explique : j’ai moi-même utilisé des couches lavables pour mon fils, de ses 3 semaines à environ 22 mois. N’étant pas couseuse, je les ai achetées, mais j’ai testé grâce à des prêts, des dons et quelques achats un certain nombre de systèmes différents avant de trouver celui qui « nous » convenait le mieux (des TE1 adaptables à la taille de l’enfant grâce à des pressions), acheté ensuite en 20 exemplaires.

    J’ai aussi, la mort dans l’âme, du me rendre à l’évidence au bout de 2 mois de fuites quotidiennes entre les 20 et 22 mois de mon fils. J’avais bien entendu investigué : la lessive qui encrasse, les vêtements trop petits, l’alimentation de l’enfant, la couche qui vieillit, etc…. Il se trouve tout simplement que mon fils ne faisait plus que de rares pipi, qui du coup était devenus de très gros pipis…et la VITESSE d’absorption (pas la capacité) d’une couche lavable ne correspondait plus à sa nouvelle façon d’éliminer, quel que soit le nombre d’inserts qu’on y mettait.

    Il a fallu passer à contre-coeur aux jetables (écolos, certes, mais pas réutilisables, et coûteuses !) car le gel absorbant dedans absorbait bien plus rapidement le jet d’urine que les inserts en bambou ou microfibre, surtout sur un bambin qui bouge. Mon fils n’a cessé de mettre des couches qu’à 3 ans et demi, j’ai donc testé, aussi longtemps, les jetables, hélas pour mon portefeuille.

    Tout ça pour dire qu’un long témoignage de préparatifs assortis de 10 jours d’utilisation seulement, ça fait un peu léger pour inciter les réticents ou juste les curieux à passer aux lavables. Mais c’est un bon début, il faudrait continuer à poster au fur et à mesure que la pitchoune grandit (changement d’alimentation, de poids/taille, de motricité, etc…)

    • Ne vous inquiétez pas, nous avons également plein d’autres témoignages tout aussi positifs et pertinents sur une plus longue durée d’utilisation! ;-)
      Sylvie découvre les couches lavables et c’est son enthousiasme communiquant qui peut inciter les autres parents à tester !
      Votre expérience, même en demi-teinte, apporte elle aussi sa pierre à l’édifice des lavables!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>