Préplié, ce mal-aimé !

Aujourd’hui, on va parler d’un produit un peu méconnu, qui compte pourtant des adeptes en pagaille – les prépliés !


Quand j’ai fait mes premiers pas dans le monde du lavable, la diversité des modèles, des matières, des marques m’a surprise. J’ai été impressionnée par la modernité des couches lavables actuelles, en particulier les TE1 : si pratiques, une couche pour un change, exactement comme pour des jetables !

C’est ainsi qu’instinctivement, j’ai détourné mon attention de modèles en apparence plus compliqués, car nécessitant plus de manipulation – comme les prépliés.

Petit à petit, en tendant l’oreille, j’ai pourtant surpris nombres d’éloges sur les prépliés – de la part de collègues, de parents, de professionnels de la petite enfance. Quel était donc cette couche si discrète sur la scène du lavable ?

J’ai mené ma petite enquête rien que pour vous.

Tout d’abord, les prépliés ressemblent à ceci :

Il s’agit de langes absorbants, généralement en coton, qui s’utilisent comme une tout-en-deux : on plie un préplié, on le place dans une culotte imperméable et on change l’enfant. Pour les astuces de pliage, c’est par ICI !

Ses fans lui prêtent de nombreux avantages :

-          Pratique : comme son nom l’indique, l’aborbant est préplié pour faciliter son utilisation. Nul besoin d’être un maître en origami pour mettre un préplié. De plus, son entretien est particulièrement aisé : il se lave et se sèche très rapidement, même sans sèche-linge !

-          Adaptable : un des grands atouts du préplié est de s’adapter à tous les bébés, peu importe leur morphologie. Selon le pliage, on peut même renforcer son absorption selon le sexe de l’enfant (au milieu de la couche pour les filles et sur le devant pour les garçons).

-          Economique : aucun doute, c’est un des changes les plus économiques qui soit. A 28,90 € le lot de 6 couches taille moyenne Bummis, difficile de trouver mieux ! Et lorsque vous passez à une taille supérieure, quoi de mieux que de réutiliser vos anciens prépliés comme boosters ?

Parents, curieux du zéro déchet, débutants ou confirmés en lavable, méfiez-vous : vous risqueriez bien d’y succomber à votre tour ! ;)

 

Chloé

Une conseillère ApiNapi dans les Biocoop de Rennes

Depuis un peu plus d’un an, les Biocoop de Rennes proposent un véritable rayon consacré aux couches lavables de la marque Bummis. Ces couches en coton biologique sont fabriquées par une entreprise canadienne, particulièrement soucieuse de l’environnement et des conditions de travail. Simples d’utilisation et efficaces, les couches Bummis proposent des modèles pour tous les budgets.

 

Et pour bien vous accompagner dans l’utilisation de ces couches lavables, les Biocoop vous proposent depuis le mois de septembre des ateliers avec une conseillère ApiNapi ! Pendant ces ateliers, vous découvrirez tous les avantages qu’offrent ces couches réutilisables. En effet, utiliser des couches lavables n’est pas seulement une question d’écologie ! C’est aussi une manière de faire des économies, de prendre soin de la santé de votre bébé et de gagner en autonomie ! Et puis, l’atelier est bien évidemment l’occasion de comprendre les différents systèmes qui existent, de les manipuler, de les essayer sur un poupon et de découvrir toutes les astuces pour entretenir efficacement et simplement les couches de vos tout-petits.

 

Le jour de l’atelier chaque inscrit bénéficie d’une remise de 5% sur son équipement dans l’un des magasins de la ville.

 

– samedi 5 novembre 2016 de 9h30 à 11h à Cleunay. Réservation : 02 99 67 38 63

– samedi 19 novembre 2016 de 9h30 à 11h à Cesson-Sévigné. Réservation : 02 99 83 09 84

– samedi 3 décembre 2016 de 9h30 à 11h au Centre ville. Réservation : 02 90 22 69 79

– samedi 10 décembre 2016 de 9h30 à 11h à St Grégoire. Réservation : 02 99 87 14 14

Érythèmes fessiers en couches lavables

Érythèmes fessiers…. et couches lavables ?

 

Les érythèmes fessiers, à différents degrés, existent chez les bébés depuis toujours je pense. Que l’érythème survienne en couches jetables ou en couches lavables, l’important est de trouver la cause pour véritablement régler le problème.

Nous partageons donc avec vous notre expérience (et celle des nombreuses familles passées par ApiNapi) pour vous aider à y voir plus clair et à vous débarrasser du problème si il survient.

Les érythèmes fessiers peuvent avoir plusieurs causes :

l’humidité : c’est assez rare mais certaines peaux réagissent à humilité prolongée. Dans ce cas ajoutez un voile effet au sec (voile polaire le plus souvent), une couche avec un revêtement intérieur en polaire ou tissage polyester effet au sec (ou stay dry),  et n’utilisez pas de papier de protection pendant quelques jours.

le synthétique : certains enfants supportent mal les fibres synthétiques (microfibre, polaire…) sur leur peau, dans ce cas il est préférable d’utiliser en priorité des couches coton bio ou en bambou, Si la peau de l’enfant ne réagissait pas les premières semaines, le problème vient d’ailleurs: couche encrassée, allergie à la lessive ou urines/selles très acides lors d’une poussée dentaire ou à la suite d’un traitement. 

le voile de protection jetable, en cellulose non tissée ou en viscose. Ces voiles sont souvent lavables et réutilisables quand il n’y a pas eu de selles mais dans certains cas c’est le voile lavé qui provoque une réaction (résidus de lessive, de calcaire ou fibre moins douce…) parfois il faut changer la marque de papier (essayez un voile très doux comme le Bio-soft de Bummis) ou ne plus en utiliser du tout. Si vous avez repéré à quel moment votre enfant fais son caca dans la journée vous pouvez ne mettre un voile qu’à ce moment là… si c’est aléatoire c’est plus compliqué !

les couches sont encrassées. Un grand classique ! des résidus de lessive, de calcaire et/ou d’urine sont incrustés dans les fibres de la couche. Les signes qui ne trompent pas sont : rougeurs, odeurs fortes, fuites. Cela se produit tout particulièrement avec les fibres synthétiques comme la polaire ou la microfibre. Vous pouvez faire le test de la goutte d’eau (verser une goutte d’eau sur la couche propre et vérifier qu’elle est absorbée tout de suite). Si votre couche est encrassée il faut faire un bon décrassage !

Allergie à la lessive. Certains enfants peuvent être allergiques à certaines lessives et en particulier celles qui sont très parfumées. Essayez de changer de lessive en privilégiant une lessive en poudre et en dosant faiblement (diviser la dose prescrite par 2 au moins). L’idéal est de nettoyer votre machine avant de changer de lessive en faisant 1 cycle à vide à 90° avec 1/2 bouteille de vinaigre blanc. 

Allergie aux produits qui vous lui mettez sur les fesses : lingettes jetables, liniment, crèmes… Essayez de supprimer tout produit pendant au moins une journée et voyez ce que ça donne.

Irritations au niveau des biais ou élastiques. réaction à la matière, résidus accumulés, humidité… vous pouvez frotter avec les biais et élastiques avec de la lanoline. Pensez aussi à alterner les modèles de couches pour que la même zone ne soit pas toujours sollicitée.

Les urines ou les selles sont très acides. A certaines périodes les bébés peuvent avoir des selles ou des urines très acides. Cette acidité attaque la peau du bébé. Cela arrive souvent après traitement antibiotique, un vaccin, une poussée dentaire, une intolérance au lait de vache,… Dans ce cas utilisez un voile effet au sec pour isoler les fesses de l’urine, changer souvent pour éviter contact prolonger avec les selles… et surtout essayer de réguler l’acidité par un traitement avec un naturopathe ou un homéopathe…) c’est très efficace et durable !

Pour traiter les érythèmes naturellement nos pistes :

  • l’homéoplasmine (Boiron)
  • l’aloe Vera 
  • les cataplasmes d’argile
  • le liniment (le plus naturel et bio possible)
  • mettre la peau du bébé au contact de la soie (bourrettes de soie)
  • Le lait maternel ! Et oui !

Et en super Bonus les conseils d’Amanda Velez (Naturopathe à Paris)

Il y a plusieurs causes possibles, des selles ou une urine trop acide, une flore intestinale déséquilibrée qui peut rendre la peau plus réactive.

Un terrain atopique qui s’exprime plus au niveau du siège, mais aussi tout simplement les produits de soin parfois.

Je ne suis pas très fan de ces crèmes, j’ai vu souvent que ça créait plus d’irritation que de soulagement malheureusement. Je suis étonnée de voir que dans certains cas, le simple fait de retirer la crème améliore les symptômes.

Quelques pistes naturelles pour calmer les rougeurs :

L’hydrolat de lavande fine, soit dans le bain, une cuillerée à soupe, soit directement tamponné avec un disque coton sur les zones douloureuses.

Un bon vieux liniment oléocalcaire sera mieux, ou alors la crème au calendula de Boiron que l’on trouve en pharmacie.

On peut aussi mettre un peu de bicarbonate de sodium dans l’eau du bain pour assouplir la peau et apaiser.

Même sur des petits bouchons, on peut envisager un rééquilibrage en interne, soit en donnant un peu plus de bons acides gras qui vont améliorer la qualité de la peau et abaisser l’inflammation, soit en jouant sur la charge en toxine avec de l’argile par voie interne ou un probiotique.

Voilà quelques pistes à explorer, en tout cas ce n’est pas une fatalité, il existe des solutions.

Parfois on tâtonne mais on y arrive :-)

Amanda Velez

 

Si vous aussi vous avez des astuces partagez les avec nous ici !

Bébé ApiNapi

 

Le champignon mangeur de couches : info ou intox ?

Un peu partout sur le net fleurissent des articles de blog et des posts de forum concernant un hypothétique « champignon mangeur de couches lavables ». Mais qu’en est-il vraiment ? Un champignon peut-il réellement grignoter du tissu jusqu’à l’user complètement ?

Pour le savoir, nous avons contacté un fabricant de couches lavables en qui nous avons une confiance absolue : Bummis. Pionnier du secteur au Canada, présent sur le marché depuis 25 ans, nous savions qu’ils sauraient nous en dire plus ! Voici leur réponse :

« Même s’il est vrai que la moisissure (un type de champignon) et les bactéries peuvent progressivement affaiblir les fibres des tissus en matières naturelles, nous n’avons jamais entendu parler de « champignon mangeur de couches » ! Les levures sont des champignons unicellulaires basiques, mais ce sont des champignons tout de même, ainsi il ne serait pas totalement surprenant qu’une exposition constante à des levures puisse potentiellement détruire un tissu. Ceci dit, cela nous paraît fortement improbable. Même avec un champignon plus complexe comme la moisissure cela prendrait beaucoup de temps pour casser les fibres. Par exemple, un préplié en coton qui serait exposé à la moisissure ou aux bactéries pendant une longue période (une semaine entre 2 lavages) commencera au bout de plusieurs mois (plus de 6) à être fragilisé au niveau des fibres et pourra éventuellement commencer à se déchirer plus facilement. Je doute que quiconque laisserait des couches moisir aussi longtemps.

J’en profite pour clarifier le fait que le bambou n’est pas une fibre naturelle. Elle commence comme telle mais est ensuite transformée en viscose qui est une fibre synthétique. La viscose de bambou est habituellement tissée sur une trame de polyester pour augmenter sa durabilité. Cependant, même comme cela la viscose est un tissu plus délicat. Lorsque la viscose se désintègre en laissant apparaître la trame en polyester sur laquelle elle est tissée, cela peut être lié au calcaire d’une eau très dure, à l’utilisation d’une trop grande quantité de lessive avec un rinçage insuffisant ou à l’ajout d’agents blanchissants (javel, etc.).

Ce n’est pas une réponse catégorique mais il très peu probable qu’il existe un « champignon mangeur de couches ». » 

Chez Apinapi nous avons constaté que le phénomène se produisait parfois (mais cela reste très rare) après des vaccins, une poussée dentaire, une prise d’antibiotiques, et que cela pouvait ainsi également être lié à une acidité plus importante de l’urine ou des selles. Pour y remédier, veillez à rapprocher les lavages durant ces périodes sensibles.

Quelles couches lavables utiliser pour un nourrisson?

Cette fois, c’est sûr : après avoir lu et relu le guide des couches lavables d’Apinapi, après être peut-être passé(e) à la boutique pour des renseignements, après avoir réfléchi un moment, vous avez décidé de vous lancer dans l’aventure des couches lavables dès la naissance de votre bébé. Vous avez raison, c’est tout à fait possible et il existe des couches parfaitement adaptées aux tout petits gabarits ! Découvrez dans cet article un petit tour d’horizon des couches lavables destinées aux nouveau-nés.

Les couches lavables avec un nouveau-né, c’est en effet possible ; c’est d’ailleurs un très bon moyen de tester différentes couches, puisque vous ne les utiliserez pas longtemps (2 mois environ), c’est l’occasion rêvée d’essayer des modèles variés. Un test grandeur nature qui vous permettra de vous équiper ensuite confortablement avec vos modèles préférés une fois que bébé aura grandi !

Chez Apinapi, nous recommandons toujours aux parents d’attendre le retour de la maternité pour commencer à utiliser des couches lavables. Selon la durée de votre séjour, les couches risquent en effet de s’entasser (et la maternité ne vous les lavera pas !) dans un moment où vous serez absorbé(e) par la découverte de ce petit être ; prenez plutôt le temps de les essayer tranquillement chez vous !

Une fois à la maison, on se lance progressivement ; si vous avez plusieurs modèles de type tout-en-un (TE1), fixez-vous par exemple une journée durant laquelle vous utiliserez uniquement ces couches-là. Quelques jours plus tard, intégrez les tout-en-deux (TE2). Tout roule ? Alors passez maintenant aux couches classiques, en journée au début pour vous faire la main et apprendre à bien ajuster la culotte, puis la nuit lorsque vous vous sentirez plus à l’aise.

Et pour vous aider à vous préparer, voici en détail quelques couches parfaitement adaptées aux nouveau-nés.

Commençons avec les couches lavables tout-en-deux (TE2) ; idéales pour les nouveau-nés, car économiques et très modulables, elles sont aussi très pratiques car elles sèchent très vite.

Nous  vous proposons ainsi depuis peu chez Apinapi des packs nouveau-nés de la marque Bummis ; composés de 2 culottes de protection Superbrite nourrissons à scratch et à goussets ainsi que de deux lots de 6 langes prépliés, ils apportent une solution pratique et économique pour les jeunes parents qui souhaitent s’équiper facilement sans risquer de se tromper. Les langes prépliés sont des rectangles de coton bio possédant une partie plus épaisse au milieu ; une fois pliés, ils se placent facilement dans la culotte et pourront plus tard être réutilisés comme booster dans des couches plus grandes.

Pratiques, peu encombrants et faciles d'entretien!

Autre réussite, la Bummis DuoBrite ; en taille 1, la culotte Duo-Brite à goussets anti fuites couvre une gamme de poids allant de 4 à 9 kilos et fonctionne avec un insert Duo brite pressionnable en coton bio avec une face effet au sec.

Culotte semi-évolutive pour mieux s'adapter à la morphologie de bébé!

Poursuivons avec la couche Hamac taille XS, utilisable de 2 à 4 kilos ; son insert en microfibre ou en chanvre et coton se plie en deux et vient se placer dans la nacelle. Très fine, disponible dans de jolis coloris, elle est aussi 100% française de sa conception à sa fabrication et remporte un franc succès depuis son lancement.

Passons à la suite avec les couches lavables classiques, très absorbantes, idéales pour la nuit, et qui se portent avec une culotte de protection imperméable.

La couche nouveau-né Doujan, en coton bio et fabriquée en Bretagne, est une des favorites des futurs parents : bien absorbante, avec un insert amovible pour le séchage et une fermeture par pressions, elle s’utilise à partir de 2,5 kilos et jusqu’à 5 kilos. La Bamboozle fait également partie de nos best-sellers : en bambou donc super absorbante, elle possède elle aussi un insert amovible. Sa fermeture par scratch et la possibilité de la régler en hauteur en font une couche parfaite pour les bébés de 2,5 kilos à 7,5 kilos. Dernière arrivée en boutique et sur le site, la couche classique Storchenkinder a elle aussi su séduire nos clients ; en coton jersey-éponge gratté, elles sont toutes douces  et allient bonne absorption et petit popotin. Sur la taille 1, utilisable de 2 ,5 kilos à 8 kilos environ, on peut replier la couche et la fermeture se fait grâce à un laçage pour un ajustement parfait.

La couche doudou!

On termine avec les couches lavables tout-en-un (TE1), idéales pour la journée et très faciles à mettre. Elles s’utilisent comme des jetables !

Les petites Teenifit de la marque écossaise TotsBots n’ont rien à envier à leurs grandes sœurs évolutives ; utilisables de 2,5 à 4,5 kilos, elles possèdent un insert qui se déplie pour un séchage plus rapide ainsi qu’un booster pour rajouter de l’absorption si besoin. En minky, elles sèchent très vite et leur fermeture par scratch en font les chouchous des parents pressés ! Une fois trop petites, c’est leur aînée la couche Easyfit qui prendra le relais. Passons ensuite à la mini Blueberry ; utilisable de 2,5 à 6 kilos environ, elle est ajustable en hauteur grâce à des rangées de pressions. Son insert en microfibre sèche très rapidement et se place dans la couche à l’intérieur d’une poche en polaire. Ses motifs originaux séduisent à coup sûr ! Plus tard, c’est la version évolutive à scratch avec poche polaire ou à pressions avec poche bambou qui assurera la suite. Sur le même principe, la couche FuzziBunzi PerfectSize taille XS, elle aussi à poche et à pression, se porte de 2,5 à 4 kilos. Ses aînées, la taille S (de 4 à 8 kilos) ou la version évolutive (dès 5 kilos mais utilisable pour les bébés fins), prendront ensuite sa place sur la table à langer.

Et hop! comme une couche jetable!

Chaque bébé est différent, le poids ne fait pas tout, aussi consultez notre rubrique A Chacun sa Couche pour déterminer vers quels modèles vous tourner.

Voilà, nous espérons vous avoir éclairé davantage.

N’oubliez pas qu’une fois la taille nouveau-né terminée, vous avez la possibilité de la réutiliser pour un prochain enfant ou de les revendre d’occasion!

Aurélie, conseillère ApiNapi

 

Propreté et continence : astuces et conseils pour un apprentissage serein

Le mois de juillet touche à sa fin, et pour beaucoup le mois d’août marquera le début des départs en vacances. L’occasion pour certains parents de se pencher sur un sujet qui les préoccupe parfois beaucoup : la propreté ! Hé oui : les bambins de 2011 entreront pour la plupart à l’école en septembre et les couches n’y sont, vous le savez, pas acceptées ! Pour accompagner nos petits en toute sérénité, suivez le guide.

Vos couches lavables, vous les avez testées, choisies, aimées, lavées durant 18 mois, 2 ans, 2 ans et demi, parfois 3 ans… Mais il est désormais temps pour vous comme pour votre enfant de penser à les laisser définitivement au placard !

Pour faciliter la vie de tous et aider nos bambins à accéder à la propreté, il existe une transition entre la couche et la culotte : la culotte d’apprentissage. Plus fine, elle permet d’absorber les petits accidents ; plus échancrée, elle s’enfile comme une culotte et les enfants peuvent la retirer plus facilement tout seuls à l’âge où ils réclament toujours plus d’autonomie et demandent à faire les choses « tout seul » !

Chez Apinapi, nous proposons un choix varié de culottes d’apprentissage pour satisfaire tous les besoins. Petit tour d’horizon :

La Poule up de Doujan fait partie de nos meilleures ventes, et ce n’est pas un hasard ! Très pratique à enfiler et à enlever, elle possède un insert en coton bio bien absorbant qu’il est facile de changer en cas de besoin. On peut même en rajouter un second ! Sur les côtés, des pressions permettent de changer la culotte de façon plus classique en cas de gros accident.

En plus, c’est une couche 100% française car fabriquée en Bretagne !

Existe en 3 tailles : T1 = 9-13 kilos, T2 = 13-16 kilos et T3 = 16-20 kilos.

La culotte Potty Pant de Bummis fait partie des dernières arrivées chez Apinapi mais nous l’avons déjà adoptée !

Très fine pour éviter l’effet gros popotin sous les vêtements, elle est aussi absorbante pour éviter les débordements et ajustable grâce à ses différentes tailles et à ses côtés élastiqués. Ainsi, plus besoin de racheter une taille plus grande ! Une seule taille vous permettra d’accompagner votre enfant de la couche au pot. Fabriquée au Canada, elle nous vient de la marque Bummis, véritable référence dans le domaine de la couche lavable. Une valeur sûre !

Existe en 4 tailles : S : 8- 11 kg, M : 11 – 14 kg, L : 14 – 16 kg, XL : 16+ kg.

La couche d'apprentissage Step in de Piwapee

La step-in est une culotte-couche idéale pour les débutants grâce à son absorbant en bambou efficace. Des pattes sur les côtés et différents niveaux de pressions en font une culotte d’apprentissage très ajustable !

Comme ses consœurs d’autres marques, elle peut également être enfilée et ôtée facilement par l’enfant.

Deux tailles sont disponibles : 11-16 kilos et 17-25 kilos.

Culotte d'apprentissage l'apprenti pipi de Piwapee

Toujours chez Piwapee, l’Apprenti pipi s’adresse aux enfants qui maîtrisent déjà l’usage des toilettes ou du pot mais sont parfois trop occupés pour penser à se retenir ! Très simple à enfiler, elle est plus épaisse qu’une culotte et possède des goussets pour une barrière anti-fuite supplémentaire au niveau des cuisses.

En coton bio, l’apprenti pipi existe en différents motifs rigolos qui amuseront les petits pour rendre le processus d’apprentissage plus ludique !

Petit plus : elle passe relativement inaperçue pour les non-initiés et pourra facilement accompagner votre enfant dans ses premiers jours/semaines de maternelle…

Existe en 2 tailles : 12 / 24 Mois (11/14 kilos) et  24 / 36 Mois (14/17 kilos)

Pot biodégradable Beco Potty

Et bien sûr, que serait l’apprentissage de la propreté sans le traditionnel pot ? Traditionnel, pas forcément d’ailleurs ; habituellement fabriqué en plastique issu du pétrole, il existe cependant des alternatives plus écologiques et plus saines. Chez Apinapi, nous avons opté pour le pot Beco Potty ; fabriqué à partir de déchets végétaux, majoritairement des cosses de riz, et de résines naturelles, il est 100% biodégradable et pourra être enterré dans le jardin pour fertiliser les plantes une fois son usage terminé. Bien pensé !

Pour aider au mieux votre enfant à devenir propre

Et pour finir quelques conseils pour accompagner au mieux votre enfant dans son apprentissage de la propreté :

- La continence est un sujet très intime, un apprentissage qui ne peut se faire que si l’enfant est prêt. Si certains seront motivés très tôt par l’usage du pot ou du réducteur de toilettes, la majorité des enfants attendra 2 ans pour s’y mettre. Pour d’autres, cela pourra prendre quelques mois de plus. Dans tous cas inutile de forcer, cela ne ferait que bloquer votre enfant qui pourrait même décider de se cacher pour faire pipi ou caca. Rassurez-vous : tous les enfants finissent par devenir propres ! Certains pédiatres recommandent même de ne pas commencer trop tôt ; pas assez matures, certains petits pourraient avoir tendance à se retenir pour ne pas avoir à interrompre leurs jeux et s’exposent ainsi à des risques d’infection urinaire.

- Prendre son temps, c’est aussi faire preuve de bienveillance : les petits accidents arrivent, que ce soit au début ou un peu plus tard. Inutile donc de gronder un petit qui fait pipi par terre ou rate le pot. Là encore, cela ne ferait que le bloquer. On évite également de lui faire honte à ce sujet, surtout en public, ou de lui dire qu’il n’aura pas le droit d’aller à l’école s’il n’est pas propre (c’est d’ailleurs faux : la seule chose qui ne soit pas autorisée, ce sont les couches). Patience donc !

- Généralement, la continence de jour arrive en premier ; vient ensuite le moment de la sieste puis celui de la nuit.

- On dit souvent que les filles sont propres avant les garçons ; physiologiquement, il n’existe aucune explication à cela. Les raisons seraient donc plutôt de l’ordre de l’éducation.

- N’hésitez pas non plus à vous appuyer sur des livres ; ludiques et drôles, ils aident à dédramatiser la situation et invitent gaiement les bambins à se débarrasser définitivement de leurs couches. Petite sélection : Gros pipi d’Emile Jadoul (l’Ecole des Loisirs), Qu’y a t-il dans ta couche ? de Guido Van Genechten, J’y vais ! de Matthieu Maudet.

 

J'y vais ! Un livre drôle et coloré pour apprendre la propreté

Partir en vacances avec bébé : bien préparer sa valise pour un séjour réussi !

Les premières vacances avec bébé sont bien souvent source de grandes interrogations ; plus question de jeter un maillot et une paire de tong dans un sac et de partir à l’aventure ! Avec un tout petit, surtout si c’est le premier, il est généralement conseillé de bien planifier son départ pour pouvoir parer à toutes les éventualités, particulièrement quand il fait chaud. Suivez le guide d’Apinapi !

Première interrogation si vous êtes adeptes des couches lavables : « Puis-je emporter mes couches lavables avec moi pour les vacances ? » Réponse : oui !!! La plupart d’entre nous partant là où il fait beau, le lavage et le séchage deviennent encore plus faciles et rapides. Pensez au système tout-en-deux comme la DuoBrite de Bummis ; plus fin, il est composé d’un insert absorbant qu’on place dans une culotte imperméable et il permet de réutiliser cette dernière plusieurs fois. Gain de place assuré, et séchage rapide garanti ! Dans la même veine, les couches TE2 BestBottom, avec leur culotte évolutive et leurs inserts microfibre ou chanvre, ou encore les couches Hamac avec leur insert amovible, savent se faire toutes petites dans la valise comme sur le popotin de bébé !

La couche DuoBrite de Bummmis

La couche DuoBrite de Bummmis

Les vacances seront peut-être aussi l’occasion pour bébé de découvrir les joies de la baignade en piscine ou dans la mer. Là encore, les couches de piscine se déclinent en version lavables avec des marques comme Piwapee, qui propose des motifs adorables, Hamac, dont les maillots associent look branché et technologie ou encore Bummis avec son maillot Swimmi, simple et efficace et disponible dans différents coloris.

A la plage, la protection solaire est essentielle, encore plus quand il s’agit de bébé. Pensez aux chapeaux, au t-shirt anti UV ainsi qu’aux lunettes catégorie 4 pour une protection maximale. Côté crème solaire, préférez les crèmes solaires avec filtre minéral : ces filtres sont en effet plus sains que leurs homologues chimiques car ils ne réagissent pas avec la peau, et aussi plus respectueux de l’environnement (source : la vérité sur les cosmétiques).

De manière générale, qu’on parte à la mer, à la montagne ou à la campagne, on pensera aussi à protéger les petits des piqûres d’insectes ; le complexe Moustiquaire de Néobulle, en spray ou en mélange pour diffuseur, éloignera les moustiques. L’huile Apad’pik, à appliquer directement sur la peau, protège des insectes tandis que le stick Adoupik soulage efficacement les piqûres d’insectes mais aussi de plantes. Et pour les petits aventuriers, le stick Badaboum contre les bleus et les bosses et le stick P’tits Bobos pour soulager égratignures et blessures superficielles formeront un duo parfait !

Les sticks d'urgence de la marque Néobulle

Envie de pique-niquer écolo ? Pensez aux pochettes à sandwich et à goûter ! Réutilisables, elles existent en différents coloris ; elles trouveront une fois l’été terminé leur place dans le cartable de nos chères têtes blondes ! Les gourdes à compote réutilisables ont également fait leur apparition il y a peu dans nos rayons ; en forme d’animaux rigolos, elles remplacent les gourdes souples jetables. Utilisables dès le début de la diversification pour la compote et la purée ! Enfin, avez-vous votre gourde réutilisable ? Avec elle, finies les bouteilles en plastique. Elles existent même en version isotherme pour conserver votre boisson fraîche durant 12h !

Des gourdes réutilisables et des pochettes à goûter écologiques !

Les gourdes Squooshi, Gaspajoe et les pochettes Planet Wise, compagnons du goûter écolo !

 

Amateurs de balades et de randonnée mais aussi de portage, n’abandonnez pas vos velléités de marche à pied durant l’été ! Mais pas n’importe comment pour que ni bébé ni le porteur ne souffre de la chaleur ; la JPMBB Basic, dernière née de la célèbre marque Je Porte Mon Bébé, est plus légère, plus souple et donc plus adaptée à la chaleur de l’été que sa grande sœur. Elle est aussi moins chère, alors n’hésitez pas à découvrir les différents coloris et à venir l’essayer en boutique ! Et avec un porte-bébé asymétrique type sling, vous pourrez profiter à la fois de l’installation rapide tout en évitant d’avoir trop chaud. Là encore, différents modèles tels que le Bulline de Néobulle ou la Petite Echarpe Sans Nœud de Je Porte Mon Bébé sont disponibles en boutique. Vous pouvez bien entendu venir avec votre bébé pour les essayer !

Porter son bébé en été

Porter son bébé en été

Des conseils qui vous seront, nous l’espérons, utiles au moment de préparer vos valises ! Nous vous souhaitons dans tous les cas de très bonnes vacances et n’oubliez pas : la boutique reste ouverte tout l’été !

 

Tester les couches lavables en location !

Vous avez envie d’utiliser des couches lavables pour votre enfant mais vous hésitez…

Testez le­s couches lavables

en

LOCATION !

1 mois = 55 euros

1 lot test de couches lavables

composé de 18 changes

(TE1, TE2, Couches classiques)

+

Assistance téléphonique gratuite pendant le mois de location

+

+ 5% de remise sur votre équipement lingettes lavables, couches lavables et accessoires à l’issue de la location (valable 1 fois) !

La location se fait à partir de notre boutique à Paris et par l’intermédiaire de certaines de nos conseillères dans leur région (la composition et le prix des lots varient en fonction de chaque conseillère).

Appelez-nous (01 43 07 13 61) pour réserver un lot quand votre bébé est né et que vous êtes remis de vos émotions (ne vous mettez pas la pression, il est n’est jamais trop tard pour s’y mettre).

Comptez environs 8/10 jours pour la mise à disposition d’un lot à partir de votre appel.

Les couches sont relavées par une blanchisserie professionnelle d’insertion (Travail et vie) entre chaque location.

Lors de la location nous vous demandons de vous munir d’une pièce d’identité et d’un chèque de 350 euros pour la caution.

Il vous faudra acheter en plus un rouleau de feuilles de protection.

La location est renouvelable au mois. Si certaines couches ne sont plus adaptées, nous les échangeons.

Testez les couches lavables, c’est aussi simple que ça !

A bientôt !

Louer des couches lavables pour tester les différents modèles

La location permet de tester les couches lavables sans pression et sans investissement !

Nous proposons également des offres de location de couches lavables pour les crèches et les collectivités ! Contactez-nous !

 

Couches lavables et liniment, je t’aime moi non plus!

Un petit focus sur deux produits naturels très efficaces pour les petites fesses de vos enfants mais qui ne sont pas aussi compatibles qu’on l’aurait souhaité!

Rassurez-vous, nous n’allons pas vous déconseiller d’utiliser du liniment pour nettoyer et hydrater les fesses de bébé si vous avez des couches lavables! à partir du moment où vous ne laissez pas une couche épaisse à la surface de la peau, les risques d’encrassage de la couche sont assez limités.

Excellent liniment de Néobulle!

Mais par contre, si vous utilisez des lingettes lavables avec du liniment puis que vous mettez ces lingettes à laver avec les couches, alors là, c’est une autre histoire!

Le liniment ne se dissout jamais totalement dans l’eau,  car il est composé d’huile et nos cours de sciences naturelles (ça commence à dater, mais nous en mesurons toute l’importance maintenant!) nous ont appris que ces deux éléments n’étaient pas miscibles! donc, mélangé à vos couches dans l’eau de lavage puis de rinçage, le liniment équivaut à l’utilisation d’une lessive bien riche en glycérine et donc à un encrassage des couches en règle!

Mais qu’est-ce que des couches encrassées? Petit rappel!

Vos couches ont perdu grandement en absorption et fuient en peu de temps, sentent mauvais alors qu’elles sont lavées et provoquent des rougeurs sur les fesses de votre enfant. Si vous ajoutez une eau riche en calcaire, vous obtenez des couches encrassées.

Rien n’est irrémédiable! le décrassage est possible.

Première étape, on pré-lave ses lingettes dans un peu d’eau avec du liquide vaisselle (écologique tant qu’à faire!) ou du FunkRock, puis on les lave à 60° avec le linge de maison. Vous pouvez les laver à 40° mais dans ce cas, ajoutez un cuillère de Funk Rock à la lessive.

THE produit pour décrasser les couches lavables!

Deuxième étape, faites tremper vos couches encrassées (propres) dans de l’eau chaude avec 3 cuillères de Funk Rock et laissez tremper entre 2 heures et une nuit selon le degré d’encrassage. Puis, lavage à 60° sans lessive et rinçage supplémentaire si besoin. Cette opération doit être renouvelée tous les 1/2 mois selon la lessive utilisée et la dureté  de votre eau.

Au quotidien, vous pouvez prévenir l’encrassage des couches en ajoutant une cuillère de Funk Rock à votre lessive. Cela implique que votre lessive soit adaptée aux couches donc peu riche en savon. Attention au faux savon de Marseille! le véritable savon de Marseille ne mousse pas!

Voilà! à force de recouper témoignages et expériences, on mutualise les informations pour vous faciliter le lavable au quotidien! alors , n’hésitez pas et faites nous part de vos astuces ou découvertes!

ApiNapi

Les 5 raisons de ne pas céder aux couches jetables !

Nous sommes tombées sur cet article du site du magazine Famili intitulé « 5 bonnes raisons de ne pas céder aux couches lavables ».

Chez ApiNapi notre politique à toujours été d’œuvrer pour la couche lavables et les produits lavables ou réutilisables en général… et pas de casser du sucre sur le dos des produits jetables et des couches jetables en particulier. Il nous tient à cœur de ne pas être extrémistes et nous répétons souvent que les couches lavables ce n’est pas une religion, qu’il n’est pas obligatoire d’être 100% lavables ou 100% jetables, qu’il est possible de mixer les deux systèmes en fonction des situations…

Mais face à cet article mauvais, pathétique, mal informé, bourré de clichés et pas constructif (en prime de jolies bannières publicitaires pour les couches jetables tout autour), nous avons décidé de réagir !

A la désinformation, mieux vaux répondre par l’information juste, claire, sourcée… Alors, aujourd’hui nous parlerons couches jetables, une fois n’est pas coutume…voici :

 

Les 5 bonnes raisons de ne pas céder aux couches jetables !

1 – Dangereuses pour la santé des bébés

Elles sont pleines de produits chimiques (environ 50) qui sont 24h sur 24h en contact avec la peau et les parties génitales des bébés. Une certaine marque se vante même d’avoir une couche contenant dorénavant 0% de cellulose ! Mais si ce n’est pas du coton ou de la cellulose dans la couche… alors qu’est ce que c’est ? Bien entendu la composition n’est jamais indiquée sur les paquets (étrange quand on sait que presque tous les produits sont soumis à cette obligation aujourd’hui)… parmi ces 50 produits chimiques on trouve en quantité importante :

  • du polyacrylate de sodium, billes de gel super absorbant interdit dans la composition des tampons hygiéniques depuis 1985 (source ekopédia). Il est responsable d’allergies, du syndrome du choc toxique, assèche les muqueuses…
  • du benzol présent aussi dans le gel absorbant, cancérigène
  • Du furane et de la dioxine (deux substances extrêmement toxiques pour l’homme)
  • Du tributyl étain (TBT), toxiques et responsables de perturbations hormonales.
  • Absorbants d’odeurs
  • Parfums

Un petit exemple d’une maman qui nous racontait récemment à la boutique qu’avec des couches jetables son fils avait les testicules blancs et durs et qu’avec les couches lavables ils étaient mous et roses… le super absorbant de la couche jetable absorbait même l’humidité naturelle des testicules ! Elle et son mari ne veulent plus entendre parler de couches jetables.

> On est en droit de se poser des questions sur les effets des couches jetables à court terme (allergies, irritations, mycoses…) et à long terme (stérilité ?, maladies ?…) sur la santé de nos enfants.

2 -Ultra polluantes de la fabrication à la destruction !

  • La fabrication : les couches jetables ne poussent pas naturellement sur les arbres, elles sont le fruit d’un processus de fabrication très pullulant. En effet elles sont souvent blanchies au chlore et tous les produits qui la composent sont transformés, fabriqués, transportés,… = grande pollution de l’air et de l’eau, utilisation de matières premières (pour un couche utilisée parfois 3 minutes seulement).
  • La destruction… pas si simple : chaque couche jetable, après « une » utilisation est jetée et doit être détruite. Incinération = pollution de l’air, utilisation d’eau… / enfouissement = pollution des sols. Il n’est même pas certain que le polyacrylate se décompose, il continu sans relâche à absorber l’humidité autour de lui…et empêche le processus de dégradation !
  • Les selles sont presque toujours jetées avec la couche alors que selon les instructions des fabricants de couches jetables il faudrait systématiquement jeter les selles dans les toilettes avant de jeter la couche à la poubelle. En effet Les selles favorisent la prolifération des virus et bactéries et contaminent les nappes phréatiques (toutes les selles, même celles des nourrissons contiennent des microbes). Il faut donc jeter les selles aux toilettes afin que la station de dépuration de la commune puisse faire son travail d’assainissement et traiter ces déchets de manière adaptée.

> Quand on sait qu’en France 1 enfant en couche jetables pendant  2.5 ans = 1 tonne de couches jetées. C’est un beau cadeau aux générations des 500 prochaines années !

3 – De mauvaises odeurs dans votre maison !

  • Même propres et neuves, les couches jetables laissent émaner les produits chimiques qu’elles contiennent. Plusieurs parents nous ont confirmé être dérangés par l’odeur des couches (neuves) parfois même allant jusqu’à la réaction allergiques (gène respiratoire, démangeaisons…). Il est conseillé de ne pas stocker les couches jetables dans une chambre.
  • Lorsqu’elles sont sales, la plupart des gens jettent les selles avec la couche à la poubelle, résultat la maison sent le caca ! A moins d’investir dans cette superbe énorme poubelle toute en plastique, avec des sacs en plastiques que vous changez et jetez tous les jours (encore plus écologique et économique n’est-ce pas ?) !

> Bref votre maison sent mauvais et vous passez votre temps à sortir les poubelles…

4 – Votre budget explose :

  • Attention à la mise en place de la redevance incitative ! Un bébé est changé entre 5 et 10 fois par 24h selon son âge. Ce qui fait au bout du compte entre 5000 et 6000 couches par enfants, soit 1 tonne de déchets ! Vous serez donc énormément taxés pour le volume de vos ordures ménagères. Allons-nous laisser la même couche toute la journée sur les fesses du bébé pour faire des économies ?
  • Entre 5000 et 6000 couches utilisées par enfant = environ 1600 euros de la naissance à la propreté. Sans compter l’achat de la fameuse poubelle à couches qui tourne le sac à chaque couche, l’achat des sacs,  l’achat des crèmes pour le change (car il y a souvent des irritations)…. Si on utilise en plus des cotons et des lingettes jetables alors le budget explose complètement (on arrive facilement à 2000 euros).

> Que pourrait-on faire d’autre avec 2000 euros ?

5- En couches jetables les enfants sont propres de plus en plus tard

  • Une couche jetable est super absorbante et les produits utilisés enlèvent tellement la sensation d’humidité que l’enfant perd petit à petite la sensation de faire pipi…et devient propre de plus en plus tard (ce qui nous fait consommer encore plus de couches !).
  • En 1961, alors que les parents n’utilisaient que des langes lavables, 90% des enfants étaient propres à deux ans et demi. En 1997, une étude réalisée montre que ce chiffre est tombé à 22%.

 

>>> A la lumière de toutes ces informations avez-vous vraiment envie de céder aux couches jetables

On le sait peu ou on les connait mal, mais il existe des alternatives faciles et économiques comme les couches et lingettes lavables.

2 vidéos pour tout comprendre très vite :

Les temps changent, le change aussi, histoire de la couche revisitée en 1 minute !

Tout savoir sur les couches lavables en 2 minutes, couches lavables, mode d’emploi 

couches lavables apinapi

des couches lavables pour tous les enfants et tous les ages