Cécile, future maman, a choisit les couches lavables!

Témoignage de Cécile, future maman et utilisatrice des couches lavables:

« Ma première « expérience » avec des couches lavables.

Mon fils va naître dans quelques semaines et je suis à la recherche d’une assistante maternelle qui accepte ce mode de change : les couches lavables.
Etant profondément convaincue par ce mode de couche : bio, moins d’impact sur l’environnement et surtout moins de produits chimiques pour mon p’tit loulou que je ne m’attendais pas à me faire traiter d’ancienne….. Malgré mes arguments, la nounou considère toujours qu’il s’agit d’un change rétrograde ! Quelle surprise…
Après plusieurs recherches, j’ai enfin trouvé La personne idéale, qui comprend tout à fait mon choix et mes convictions!!
Ayant choisi des couches tout-en-un, aucun problème : les avantages d’une couche jetable mais lavable !!! Que du bonheur !
J’espère transmettre à mon fils ce respect !!!

Merci à Apinapi de d’être aussi proche de nous (merci également pour l’accompagnement que j’ai pu bénéficier lors de ma première visite) !!

A très vite! »

Halte-garderie et couches lavables: témoignage choc d’une maman!

Voici l’expérience de Nadia, avec sa fille Eva, 18 mois!

« Après un an et demi à m’occuper de ma fille à plein temps, j’ai senti qu’il était grand temps de se séparer. J’ai choisi le système de la halte-garderie : des demi-journées en collectivité à raison d’une fois par semaine pour commencer, puis 2 à 3 fois.

En lisant le règlement intérieur, j’ai appris que les parents devaient fournir les couches. Problème : ma fille est en couches lavables depuis plus de 17 mois maintenant… la direction les accepterait-elle ?

Lors du premier rendez-vous avec la directrice, je n’en ai pas parlé. Nous avons surtout discuté paperasse.

Mais lorsque ma fille a enfin été acceptée à la halte-garderie, j’ai décidé de faire mon couching-out !

J’ai lu et relu les recommandations d’Apinapi, j’ai mis sur ma fille une ravissante couche à fleurs et dans mon sac 2-3 couches aux couleurs punchy ! J’ai choisi des TE1 pour leur facilité d’usage mais aussi pour leur « ressemblance » avec des jetables.

Nous voici prêtes, ma princesse et moi pour notre campagne de séduction !

- Je vous ai précisé qu’il faut prévoir 4 à 5 couches dans le sac de votre fille ?

- Oui, oui. Ah justement, il faut que je la change !

- Bien sûr, c’est par ici.

Je déshabille la petite, les mains légèrement moites… Pour l’occasion, elle n’a pas fait les choses à moitié : avant même d’enlever la couche je sens bien qu’elle a fait caca. Bien, bien, bien.

La directrice ouvre des yeux tout ronds en voyant la couche…

- Mais qu’est-ce c’est que ça ? Oooooooooh, ooooh, c’est une couche, CA ?

- Oui, ma fille porte des couches lavables. Attendez, je vous montre.

 

 

Me voilà en train de changer ma fille avec une facilité qui semble vraiment la déconcerter. Je sors mon paquet de lingettes (lavables évidemment), ma bouteille de liniment, j’essuie, je nettoie. Je remets une couche propre, déjà préparée (papier de protection en place).

Je pose ma fille au sol et la laisse gambader. Je prends le papier de protection avec le paquet-cadeau dedans (!!) et je le jette dans les petites toilettes juste à côté. Et voilà !

La directrice est mi-perplexe, mi-conquise. Elle me demande où je mets la couche sale, je lui montre mon sac à couches. Terminé !

Pendant que je range le sac à langer, j’ai un peu peur qu’elle me demande de prévoir des jetables pour les heures que ma fille passera dans la structure collective…

- Vous avez suffisamment de couches pour en prévoir 4 à 5 à mettre dans son sac ?

Je lui explique que oui pas de problème et je me mets à discuter de mon stock de couches, du comment et du pourquoi de notre choix pour les lavables… Elle a été très intéressée et ça a complètement changé l’image qu’elle avait des couches lavables. A dire vrai, elle ne connaissait rien aux couches lavables modernes.

On passe à la pratique en octobre, j’ai hâte de voir ce que ça donne ! Mais je ne me mets aucune pression, si vraiment le personnel ne s’y fait pas, j’opterai pour des jetables bio. »

Merci Nadia!

Retrouvez toutes Les Humeurs de Nanette sur:http://www.leshumeursdenanette.fr/

Du travail pour notre testeuse maison!

Clémence grandit (8 mois déjà!) et avec elle le choix de couches lavables à lui faire tester!

Cet été, nous avons fait l’expérience de partir en vacances sans machine à laver disponible dans notre location…nous nous sommes donc équipés en conséquence: couches TE2 type Best Bottom Diapers et FLIP pour laver plus facilement les inserts à la main. En microfibre pour le séchage, ce ne fut pas compliqué et nous avons pu économiser l’usage des couches jetables (écologiques of course! vous les découvrirez très bientôt chez ApiNapi!). Les TE2 ont cet avantage de ne pas prendre trop de place dans les valises et l’on peut réutiliser facilement les culottes imperméables.

Nous en avons profité également pour tester des couches envoyées par les fabricants. Et une bonne surprise s’est révélée au cours de ces tests: une TE2 Française très astucieuse avec un insert qui permet de réutiliser immédiatement la culotte! nous l’avons adoptée tout de suite! vous la découvrirez sûrement prochainement sur nos étagères!

Depuis la rentrée, Clémence a vu défilé beaucoup de couches en tout genre: certaines nous ont déçus et d’autres nous ont convaincus par leur finesse, leur facilité et leur efficacité d’absorption. Dans le lot, la Wizard Uno de Mother Ease, super facile à l’usage, sèche très rapidement et nul besoin de lui ajouter de booster, alors que nous sommes entrés dans la fameuse phase du « boostage » pour toutes les couches sous peine de saturation urinaire (et oui, le tournant des 7/8 mois ne fait pas de cadeau!)!

Actuellement, 2 couches Françaises et 1 Américaine sont en test et vous en saurez plus rapidement, mais si vous avez des suggestions de couches à tester, n’hésitez pas! Clémence est là pour vous aider (j’espère qu’elle ne nous demandera pas des dommages et intérêts à sa majorité!)!

 

Bienvenue chez Nous!

Et oui, le site ApiNapi fait peau neuve!!

Depuis le temps que nous rêvions d’un beau site qui vous fasse profiter des produits et de nos conseils de la même façon qu’en boutique!

C’est chose faite et nous espérons que vous l’apprécierez!

La forme a changé mais le fond est le même, vous retrouverez donc un grand choix de couches lavables avec tous leurs accessoires, les produits d’entretien et les vêtements adaptés, ainsi que la désormais célèbre rubrique « A chacun sa Couche » pour vous aider à mieux choisir!

N’hésitez pas à lire « Nos conseils » et si besoin à nous contacter, nous sommes là pour vous guider et vous aider à vous lancer, ou à avancer!

Bonne visite!

Marina et Jeanne-Aurélie

ApiNapi

 

Une testeuse maison chez ApiNapi!

1ere partie: âge 0-2 mois!

Vous le savez peut-être déjà et nous ne cessons de le dire aux personnes qui viennent nous voir en boutique,  avec les couches lavables, rien ne vaut le test et le retour d’expérience pour trouver le ou les modèles qui vous conviennent !

Agée de 2 mois, 6 bons Kg au compteur, Clémence est ma fille, Jeanne-Aurélie, l’une des cogérantes d’ApiNapi.

En couches lavables depuis ses 2 semaines, elle prend son job de bébé testeur très au sérieux (enfin, surtout ses parents et Marina, l’autre moitié d’ApiNapi!).

Que vous soyez déjà connaisseurs ou parents débutants, vous pourrez suivre ses aventures sur ce blog au grès de son évolution et des modèles testés !

Dans la famille ApiNapi, Emma la grande sœur, 5 ans bientôt, avait déjà testé des couches lavables, mais sur le tard (vers 18 mois) et de nuit principalement. L’expérience avec un nourrisson s’avérait donc très excitante (surtout à 4 heures du matin)!

Tout d’abord, et même lorsqu’il s’agit d’un second enfant, « rien ne sert de courir … » comme dit le proverbe. Le séjour à la maternité et les premiers temps d’adaptation à la maison étant très fatigants, il vaut mieux débuter les couches lavables tranquillement, lorsque l’on est un peu plus dans la routine du quotidien, plutôt que dans la tornade organisationnelle !

Ici, 15 jours auront suffit à trouver ses marques et  les tests ont débuté non sans impatience !

Qui dit nourrisson, dit en général petit gabarit. Et même si l’on accouche d’un bon morceau comme nous, l’essayage « juste pour voir » d’une couche TE1 (Toute en 1) évolutive (de 5 à 15 kg) sur les fesses de bébé, nous a vite confirmé qu’avant 5 bons kilos, ce système de lavables s’apparente davantage à une gigoteuse (imperméable qui plus est) qu’à une couche !… Les couches à taille sont donc largement légitimes pour qui veut commencer très tôt.

Nous avons donc opté au départ, pour des Teenifit (2.5-5 kg) de la marque TotsBots  et des culottes Hamac taille S.

Une  TE1 avec un absorbant bambou et une TE2 (réutilisation de la partie imperméable en insérant un nouvel insert absorbant) avec un insert en microfibre.

Tests très concluants en ce qui concerne la durée d’absorption (4 heures, voire un peu plus pour la Hamac microfibre), mais niveau taille, la Hamac est plus rentable dans le temps. La Teenifit ne nous a duré que 2 petites semaines alors que Clémence atteignait tout juste les 4 kg. Par contre, sa facilité de positionnement et son petit volume sont très agréables, ce qui en fait une très bonne couche de test !

Le côté TE2 de la Hamac est intéressant si le bébé est au biberon, ce qui est notre cas. La culotte se rince très facilement, le hamac ne garde pas d’odeur et peut être réutilisé dans la journée. Avec 2 culottes, nous faisions entre 4 et 5 changes.

En complément des TE1, nous avons utilisé des pré-pliés de chez Bummis (langes en coton biologique) et des couches classiques semi-évolutives taille XS-S,  avec une culotte imperméable par-dessus. La culotte à la coupe « plaquante » s’avère bien utile sur les nourrissons, pour limiter l’effet gros popotin des culottes à la coupe « bouffante ». Clémence était radieuse avec sa culotte Rikki de Mother Ease ! Et a pu porter des pyjamas de son âge !

Pour le biberon de nuit, les premiers temps, nous sommes restés en couches jetables, Clémence ayant la fâcheuse habitude de faire caca entre 2 et 4 heures du matin ! Avouons-le, à cette heure là, rien n’est facile ! Alors il vaut mieux attendre que le transit se régule un peu avant d’opter pour la lavable de nuit qui a pour vocation de ne pas se changer !!

Un autre aspect intéressant du test : le choix entre scratch et pressions pour la fermeture des couches. Les Teenifit et les Hamac étant à scratch, Clémence a donc testé des couches à pressions. Petite déception, la pression est très dure à adapter à la morphologie du bébé. Ce n’est qu’en l’essayant que l’on voit si la couche peut convenir ou pas. En l’occurrence chez nous, la « bonne » fermeture tombait toujours entre 2 pressions. Clémence re-testera des modèles à pressions un peu plus tard, lorsqu’elle aura changé un peu de morphologie.

Aujourd’hui, Clémence vient de passer les 6kg (bonnes cuisses à plis et bon bidon, « la soupe est bonne » comme on dit chez nous !), et certaines adaptations sont nécessaires. Chez Hamac,  la culotte taille S devient juste, la taille M se profile… De même pour les culottes imperméables type Bummis ou Mother Ease. Par contre, les langes pré-pliés taille S de Bummis sont encore suffisants.

Du côté des évolutives, on se lâche! les Easyfit de Totsbots, les Bumgenius et les Best Bottom Diapers ont fait leur entrée dans le trousseau de Clémence qui est désormais changée 5 fois par tranches de 24 heures (1 fois de plus si caca nocturne, ce qui arrive encore de temps en temps. Pff…). Attention au tour de cuisse pour les fuites ! Le moindre jour entre la couche et la cuisse, et c’est l’inondation ! Cette consigne est particulièrement valable pour les TE1 évolutives en position taille S et M car elles sont coupées plus larges que les « vraies » couches à taille à ce niveau là.

Au quotidien, les lavables se vivent bien.

Les machines ne sont pas compliquées puisqu’il y a toujours du linge à laver et un bon équipement permet de ne pas se sentir esclave de sa lessive (surtout lorsque l’on reprend du service à la boutique !). Nous ne le répèterons jamais assez : passer au 100% lavable (ou presque) implique un trousseau d’au moins 20 couches (couche=partie absorbante).

D’où l’importance de tester avant d’investir !

Avant chaque change, ne pas oublier le voile de protection qui recueille les selles, se jette aux toilettes et peut se relaver s’il est épais (en cas d’urine uniquement !).

Même pour les sorties en écharpe ou en poussette, Clémence porte une couche lavable et ne s’en préoccupe absolument pas ! Le sac imperméable est un accessoire bien utile en cas de change hors domicile.

Notre nourrice (partagée avec une autre famille…en jetables, mais pour combien de temps encore ? !) a quant à elle découvert les couches lavables avec curiosité et surprise car  elle ne s’attendait pas à autant de facilité. Elle ne voit aucune différence avec une couche jetable, si ce n’est le voile de protection à jeter aux toilettes en cas de selles. Nous lui prévoyons tous les jours des modèles TE1 à scratch déjà pourvues de leur voile dans le sac à langer et un sac imperméable récupéré tous les soirs avec les couches sales.

Voilà pour ce premier retour d’expérience qui a pour but de dédramatiser l’usage des couches lavables, rassurer les parents qui se posent des questions et conforter ceux qui veulent se lancer !

A suivre !!…

ApiNapi

 


Le test c’est la clé du succès !

Le test, c’est la clé du succès !

Si vous ne connaissez pas encore les couches lavables et avez envie d’en utiliser :

« Commencez par un lot-test«  !

En location (18 couches avec différents systèmes, matières…) ou à l’achat (4 ou 5 couches différentes et de marques différentes en panachant avec des couches jetables).

Après 1 mois de test vous pourrez compléter votre lot avec uniquement les couches que vous avez préférées (ou quasi similaires)…

Vous aurez donc fait un investissement modéré et rentable  car vous ne rangerez pas votre lot de couches lavables au fond du placard, vous l’utiliserez ! … et vous serez contents au quotidien en utilisant vos couches préférées.

Par contre attention…. on devient vite « couchomaniaque » !!!!

ApiNapi

Les couches lavables et l’entourage !

Vous utilisez des couches lavables ou réfléchissez à la possibilité d’en utiliser…

Vous en parlez autour de vous… et là … très souvent vous êtes confrontés à des personnes sceptiques, réticentes, voire carrément « anti-couches lavables »… (Rassurez-vous, il existe aussi l’extrême inverse : les « Couchomaniaques »).

Et bien vous n’êtes pas les seul(e)s !

Etrangement, en France, les couches lavables sont sujet à polémiques… pourtant quand on y regarde de plus près, il n’y a vraiment pas de quoi… ceux que ça intéresse en utilisent et les autres non, et puis voilà !

Et pourtant… ceux que ça n’intéresse pas sont dérangés par le fait que ça vous intéresse et essayent de vous prouver par A + B que les couches lavables, c’est pas le top. En fait ils aimeraient que vous n’en utilisiez pas. Est-ce que cela leur donne mauvaise conscience, ou que cela remet en question certaines de leurs habitudes, ou qu’ils s’inquiètent vraiment pour votre charge de travail…? «Only God knows» mais ce qui est certain c’est que le sujet « couches lavables » peut parfois amener à de vrais débats avec l’entourage.

Nous avons donc tous régulièrement à faire à des arguments tels que :

- Les couches lavables c’est revenir à l’époque de nos grands-mères

Sauf que les couches lavables d’aujourd’hui ne ressemblent pas du tout aux langes d’autrefois et que nos grands-mères n’avaient pas les machines à laver super performantes d’aujourd’hui.

- les couches jetables ont été la libération de la femme

C’est vrai dans un sens (voir point précédent), mais le problème ne serait-il pas plus vaste que les couches seules? Les hommes savent faire des trucs hyper compliqués quand ils veulent, donc mettre une machine en route et changer les bébés c’est carrément à leur portée… et beaucoup le font d’ailleurs déjà !

- qu’est ce que tu vas t’embêter avec ça… ça fait beaucoup de lessives

Si vous ne voulez pas faire trop de lessive, ne faites pas d’enfants ! En fait, les 5 couches de la journée dans la lessive du soir, ça n’augmente pas significativement la charge de travail… et étrangement, quand vos enfants n’utiliseront plus de couches… vous ferez quand même beaucoup de lessives !

Par contre plus besoin de descendre les poubelles tous les jours et pas besoin de foncer au supermarché du coin à 19h59 une veille de jour férié parce que l’ on a plus de couches pour le week-end !

- c’est un truc de baba-cool

Tout d’abord ça ce n’est pas vraiment un argument contre et deuxièmement, c’était peut-être vrai il y a quelques années… mais maintenant pas du tout, la plupart de nos clients ne sont pas des baba-cools… et nous non plus…(bon, un peu d’accord !).

- Ce n’est pas si écologique que ça car on dépense de l’eau, de l’électricité et de la lessive pour les laver

C’est oublier que les couches  jetables  nécessitent beaucoup d’eau pour leur fabrication (dérivées du pétrole) et pour la gestion des déchets qu’elles représentent en fin de vie (très courte la vie d’une couche jetable d’ailleurs !). Donc non une couche lavable ne « gaspille » pas plus d’eau ou d’électricité qu’une couche jetable, au contraire, leur empreinte écologique est deux fois moins impactante que celle des couches jetables !

- ça coûte cher

Oui à très court terme ça coûte cher…. Mais c’est vite rentabilisé (au moins 50% d’économies dès le 1er enfant et 100% au deuxième)… et puis beaucoup de gens n’hésitent pas à dépenser plus de 500 euros (budget moyen d’un équipement en couches lavables) dans une poussette, d’un coup d’un seul… alors….

 - ce n’est pas hygiénique

  •  les couches jetables contiennent 50 produits chimiques dans chaque couche (certains interdits depuis 10 ans dans les tampons hygiéniques féminins). C’est loin d’être bon pour la santé que des tissus certifiés et naturels ! Surtout quand on sait qu’en France, un enfant passe environ 3 ans 24h/24h avec une couche sur les fesses. Il y a d’ailleurs beaucoup plus d’allergies aux couches jetables qu’aux couches lavables.
  • On lave nos sous-vêtements pourquoi pas ceux du bébé ? (sans oublier que le petit voile de protection permet de retirer les selles et que par conséquent on ne met pas le caca dans la machine à laver !).

 - ça fait des grosses fesses, pauvre gosse !

Les couches jetables sont fines quand elles sont neuves, mais quand elles sont pleines de pipi elles gonflent  (et restent toujours chaudes à cause des produits chimiques!). Cela dit, la majorité des couches lavables sont un peu plus épaisses que les jetables… c’est vrai, il faut donc habiller le bébé en conséquence… mais ce n’est pas si compliqué: body une taille au dessus ou petite brassière, sarouel, robes et salopettes!

Voilà, le constat est fait, vous êtes rassurés, vous n’êtes pas les seuls

Conseils :

-  n’essayez pas de « convertir » votre entourage.

- Répondez à leurs questions si ils en posent (beaucoup éviteront le sujet de toute façon),

- changez le bébé devant eux sans rien dire aussi souvent que possible pour montrer que ce n’est pas compliqué (pensez à sortir vos plus belles couches lavables pour l’occasion)

-  Vous pouvez aussi nous les envoyer pour une démo approfondie !

Il y a des cas où l’entourage reste réfractaire, mais souvent, une fois les premiers à priori dépassés, la papa, la nounou, les amis et la famille deviennent accros !

 ApiNapi