La toilette de bébé en mode zéro déchet, c’est possible !

L’arrivée d’un bébé transforme beaucoup de choses dans une maison. Mais si vous n’y prenez pas garde, il n’y a pas que les gazouillis de votre progéniture qui rempliront votre foyer… Les couches, les paquets de coton, les bouteilles de shampoings rempliront vos poubelles de salle de bain à la vitesse de l’éclair ! Mais bonne nouvelle, des solutions existent !

Les couches

Commençons pas le plus impressionnant : les couches. ! Au cours des trois premières années de vie de votre enfant, vous changerez entre 5 000 et 6 000 fois sa couche ! De quoi amasser une jolie tonne de déchets !

Pour les éviter, rien de plus simple : passer aux jolis couches lavables ! Une vingtaine de couches lavables vous permettra d’éviter la corvée de poubelle quotidienne !

bébé zéro déchet

Hélas, l’utilisation des couches lavables fait encore peur à beaucoup de parents et de professionnels de la petite enfance par manque d’information. C’est que les préjugés ont la peau dure en France ! C’est pourquoi ApiNapi et son réseau de conseillères sont là pour vous accompagner. Prenez contact avec la conseillère la plus proche de chez vous, elle pourra vous donner les dates de ses prochains ateliers pour tout vous expliquer sur les couches lavables : les systèmes, les matériaux, l’équipement, l’entretien, etc. Elles proposent également un service de location de couches lavables pour permettre aux parents de tester les différents systèmes de couches et plusieurs marques différentes tout en vous accompagnant. Et s’il n’y a pas de conseillère près de chez vous ? Pas de problème, elles pourront vous proposer un webinaire et une location à distance !

Retrouvez toutes les infos sur nos conseillères ApiNapi ici  ou contactez-nous à conseillers@apinapi.fr

 Les lingettes et cotons

toilette de bébé zéro déchet

 

Un autre produit que les parents utilisent tous les jours en grande quantité pour la toilette de leur bébé : les cotons et les lingettes ! Encore une fois, une alternative toute simple existe : les cotons, les gants et lingettes LAVABLES ! Vous en avez de toutes les matières (coton bio, bambou) et de toutes les tailles. Notez qu’une quinzaine de cotons lavables peut remplacer jusqu’à 6000 cotons jetables ! A titre indicatif, comptez entre 20 et 30 de cotons/lingettes/gants pour un nettoyage tout en douceur des fesses de votre bébé et une dizaine de lingettes ou de débarbouillettes pour le visage de votre enfant.

 Coussinet d’allaitement

Encore un produit que les mamans consomment en grande quantité lorsqu’elles allaitent, ce sont les coussinets d’allaitement. Ces petites compresses permettent de recueillir les trop pleins de lait. Pour éviter de remplir la poubelle, il suffit de se procurer quelques paires de coussinets lavables ! Dotés d’une face absorbante et d’une face imperméable, ils permettent une protection efficace et réutilisable !

Chez ApiNapi vous trouverez ceux de la marque ApiAfrique et Bummis. Vous pouvez utiliser une petite pochette imperméable pour les stocker lorsque vous n’êtes pas chez vous.

toilette de bébé zéro déchet

 

 Les cosmétiques

Le dernier élément que l’on retrouve régulièrement dans la poubelle de la salle de bain, ce sont les bouteilles de cosmétiques : lotions, gels douche, shampoings, crèmes de change, etc.

bébé zéro déchet

Là encore, il existe des alternatives plus écologiques et souvent plus respectueuses de la peau de nos petits : les cosmétiques solides et les produits faits maison.

Pour le change, très souvent à la maternité, on vous conseille une toilette à l’eau. Là, c’est simple : une lingette mouillée pour laver, une lingette sèche pour sécher et le tour est joué !

Lorsque votre bébé à la peau plus fragile, elle peut nécessiter une crème comme le liniment que l’on peut fabriquer facilement chez soi à base d’huile d’olive et d’eau de chaud. Par contre, attention si vous utiliser des lingettes lavables, pensez à les laver séparément de vos couches lavables sous peine d’encrasser ces dernière (l’huile ne se rince pas bien…).

Et pour le bain, vous pouvez opter pour des savons et shampoings solides. Choisissez-les adaptés à la peau des tout petits comme le savon surgras de Néobulle ou les shampoings sans huiles essentielles de chez Lamazuna.

toilette de bébé zéro déchet

Photo by Lubomirkin on Unsplash

Voici les principaux produits d’hygiène que l’on utilise pour la toilette des bébés. Des alternatives existent donc pour éviter d’utiliser des produits polluant. Mais pas de panique, prenez votre temps pour modifier vos habitudes au fur et à mesure et être certains de les tenir dans le temps !

 

Mesdames, soyez belles en zéro déchet !

La salle de bain est l’un des temples du déchet en France…  Cotons, emballages, protections féminines, etc. Et pourtant, prendre soin de soi tout en soignant notre belle planète et notre porte-monnaie est possible ! On vous montre comment ?

 En coton, en eucalyptus, en bambou ou en microfibre, les lingettes lavables sont douces pour votre peau. Un passage à la machine à laver remplaceront pendant environ six ans vos aller-retours au magasin pour vous réaprovisionner en cotons jetables ! Au lieu de jeter votre carré à démaquiller à la poubelle, direction le panier à linge sale ! A elles seules, quinze lingettes démaquillantes lavables remplaceront pas moins de 6000 cotons jetables.

 

 

 Du côté des coton-tiges, des solutions existent également pour éviter de remplir sa poubelle de ces petits bâtonnets en plastique. Faites l’achat une bonne fois pour toute d’un oriculi, cette petite spatule en bambou prendra soin de vos oreilles jusqu’à la fin de vos jours !  Faites tout de même attention à ne pas vous blesser, l’oriculi ne sert qu’à ôter le cérumen disgracieux à l’entrée de vos oreilles.

 

 

En ce qui concerne les protections féminines, on ne  vous présente plus les serviettes périodiques lavables ou les cups qui vous accompagneront sainement durant vos règles. Au cours de sa vie, une femme utilise entre 10000 et 20000 protections jetables. En passant au lavable, vous réduirez vos déchets de près d’une tonne ! Garanties sans produit chimique, les protections périodiques réutilisables vous permettront de passer pas moins de 5 années sans les désagréments du jetables (odeurs, démangeaisons, etc.) Et nous ne vous parlons même pas des économies réalisées à clé !

 

 

 Enfin, pour réduire les emballages, rien de tel que les cosmétiques solides. Savons, shampoings, dentifrices, déodorants, crèmes, etc., tous ces produits existent sous la forme solide vendus en vrac ou dans des emballages en cartons compostables. Leur composition est également plus simple à comprendre puisque la liste des ingrédients est réduite au minimum. Petits mais costaud, un produit cosmétique solide remplace généralement deux bouteilles ou tubes jetables.

 

 

Et si après tout cela vous avez encore des questions, contactez votre conseillère ApiNapi, elle saura vous conseiller !

Marianne, conseillère à Rennes

3 FILMS POUR S’INSPIRER ET CHANGER DE VIE

Un article léger aujourd’hui en prévision du weekend pour partager avec vous nos coups de coeur documentaires !

Parce que toutes les raisons sont valables pour se poser devant un film le dimanche soir, et qu’il est bon de recharger ses batteries régulièrement pour retrouver la motivation et prendre une bonne claque (et oui !), voici une petite sélection de films sur le thème de l’écologie au quotidien et de la santé au naturel.

 

1. No Impact Man, Colin Beavan (2009)

No Impact Man est le nom du défi relevé par Colin Beavan avec sa femme et sa fille. Le but ? Réduire leur impact écologique au maximum pendant un an – un vrai chamboulement pour cette famille en plein coeur de New York ! Ce film drôle et touchant suit leur cheminement dans ce nouveau mode de vie, et nous montre leur quotidien dans toutes les étapes (bonnes et mauvaises !) de cette aventure.

Un beau documentaire qui ne laisse pas indifférent !

-

2. Gros, malade et presque mort, Joe Cross (2011)

Malgré son titre peu aguicheur, ce film est une vrai pépite ! Atteint d’une maladie auto-immune rare qui l’oblige à se gaver de médicaments depuis plusieurs années, Joe Cross se lance dans un défi peu commun : voyager pendant deux mois à travers les Etats-Unis tout en changeant son alimentation du tout au tout. L’objectif est de taille : se nourrir uniquement de jus de fruits et légumes pendant 60 jours. Le documentaire retrace cette expérience unique et nous emmène dans un voyage dont on sort transformé (presque autant que Joe) ! Un film motivant pour voir de ses propres yeux l’impact de l’alimentation sur la santé.

 

3. Bottled life, Urs Schnell (2012)

On ne parle pas souvent du commerce de l’eau en bouteille. C’est un sujet qui reste controversé et délicat à aborder, malgré l’urgence de la question : à qui appartient l’eau ? A qui bénéficie l’eau en bouteille?

Le journaliste Urs Schnell ose se poser ces questions sans tabous et nous livre le fruit de ses recherches dans ce documentaire, qui porte sur les activités du géant de l’agro-alimentaire Nestlé.

-
-
-
Et vous, quel est votre film-motivation préféré ? Partagez-le dans les commentaires !
-
-
-

Révolution en cuisine !

Quoi de mieux pour la rentrée que de chambouler un peu ses habitudes et faire place au neuf ?

Le zéro déchet s’invite petit à petit dans notre cuisine pour notre plus grand plaisir, alors pourquoi pas chez vous bientôt ?

Il est temps de remonter ses manches, de faire un peu de place et de dépoussiérer certaines habitudes.

 

Premier combat : lutter contre le gâchis alimentaire !

-

La France fait malheureusement partie des rois du gâchis alimentaire : 38 kg de nourriture minimum sont jetés chaque seconde. Mais nous ne sommes pas seuls : d’après le site d’information Zéro-Gâchis, ce sont un tiers des aliments produits dans le monde qui finissent à la poubelle, soit 1,3 milliards de nourriture chaque année !

Calculer l’empreinte écologique d’un aliment fait aussi réfléchir : jeter une simple baguette de pain ou un steak hâché périmé est un geste qui implique bien plus que cette seule action. La consommation d’eau nécessaire à la production (water footprint) d’un kilo de farine par exemple est de 1000 litres d’eau, et 15 000 litres d’eau pour un kilo de viande de boeuf par exemple.

-

Pour éviter tout ce gâchis, pas d’inquiétude – les solutions sont là et n’attendent que vous !

 

QUATRE IDEES POUR SUBLIMER SES EPLUCHURES

S’il y a bien une source de gâchis facile à réduire en cuisine, ce sont les épluchures. Voici toutes nos astuces pour en faire des merveilles – vous ne verrez plus vos économes de la même manière !

-

1. L’idée utile : faire ses produits nettoyants

Vous ne jurez que par le vinaigre pour tout nettoyer chez vous mais vous n’êtes pas fan de l’odeur ? L’idée de fabriquer vos propres nettoyants vous titille ? Voici l’astuce qu’il vous faut, joliment détaillée sur le blog Antigone XXI. Un indice : vous aurez besoin de vinaigre et d’épluchures de citron (ou d’oranges).

-

2. Le classique indémodable : faire des orangettes

Une recette un peu longue mais qui vaut l’effort pour agrémenter ses épluchures d’orange. Promis, c’est délicieux et tout le monde en redemandera ! Idéal à offrir (ou à manger seul en cachette, personne ne vous jugera). Ca se passe sur le blog de Sa’ravissante Beauté, qui regorge de recettes et d’astuces beauté au naturel – avec des explications toujours au top !

-

3. La recette pour les plus courageux : faire des muffins à la peau de banane

Moi aussi j'suis courageux !

C’est la recette récup par excellence, celle qui fera fuir belle-maman et pousser des cris aux enfants (de dégoût ou d’enthousiasme, au choix). Mais avant de partir en courant, on vous conseille plutôt de lire ce bel article d’Hélène de Green me up !, un récapitulatif très complet des petits trucs et astuces pour une cuisine anti-gâchis.

-

4. L’astuce qui n’en est pas une : les consommer

D’accord, c’est une évidence. Mais il n’y a rien de plus vrai : la solution la plus simple reste de les consommer en arrêtant tout simplement d’éplucher ce qui n’a pas besoin de l’être (pommes, patates, carottes, concombres, betteraves – à vous les délicieux produits bruts, et bio si possible).

Le meilleur moyen de couper le cordon avec votre économe est peut-être de vous tourner vers le livre Je cuisine les fanes d’Amandine Geers, une petite pépite pour révolutionner sa cuisine !

-

Et pour aller plus loin :

L’appli Too good to go promet de bousculer les choses dans le domaine du gâchis alimentaire. En quelques clics, tu peux localiser des repas ou aliments près de chez toi encore délicieux mais invendus, donc prêts à être jetés. Manger moins cher en préservant la planète, que demander de plus ?

Sources : Planetoscope, Zéro Gâchis

Semaine Nationale du Compostage : du 1er au 11 avril 2015, partout en France !

Dès demain 1er avril débutera la Semaine Nationale du Compostage ; l’occasion de vous renseigner, et pourquoi pas de vous lancer dans une activité de recyclage très prisée par certains de nos voisins européens ! Nos épluchures et autres déchets compostables valent de l’or : correctement recyclés et valorisés, ils peuvent retourner à la terre pour enrichir jardins et balcons. Une belle idée à mettre en pratique chez soi pour sensibiliser ses enfants, que ce soit dans votre cuisine, sur votre balcon, dans votre jardin, avec ou sans lombrics.

A l’occasion de cette semaine élargie, l’association Réseau Compost Citoyen vous propose de participer à des événements autour du compost ; dans chaque région participante, des rencontres sont organisées par les associations coordinatrices locales. Que vous soyez à Paris, Angers, Chambéry ou Toulouse, retrouvez les initiatives sur le site de la Semaine du Compostage.

Sachez également que vous gérez un site de compost partagé, vous pouvez à votre tour profiter de cette semaine pour organiser un événement autour du compost grâce au kit d’organisation.

L’HYGIENE FEMININE LAVABLE

Il y a bien longtemps qu’on avait envie d’aborder ce sujet sur le blog. L’hygiène lavable chez ApiNapi c’est surtout pour les bébés, mais nous n’oublions pas les mamans pour autant !

Pourquoi faire le choix de l’hygiène lavable ?

Bonne question ! Quand et comment fait-on le choix d’arrêter (ou de diminuer) l’achat de serviettes périodiques jetables, de tampons hygiéniques et de protège-slip ?

Il y a autant de raisons possibles que de femmes :

-          Allergies au gel absorbant des serviettes ou au revêtement plastifié en contact avec la peau (petits boutons, démangeaisons, irritations…),

-          Eviter le contact des gels absorbants et produits chimiques contenus dans les serviettes,

-          Volonté de diminuer ses déchets,

-          Pour faire des économies.

 

Serviettes et protège-slips lavables

Les protège-slips lavables ont la même utilisation que des jetables : ils se portent  tout au long du mois (pour les petites règles) et en début et fin de règles quand le flux est léger.

De nombreux gynécologues déconseillent le port quotidien de protège-slips jetables : ils assèchent la muqueuse vaginale et sont parfois responsables d’infection urinaire.

Le protège-slip lavable est en tissu : un côté imperméable et l’autre tout doux en contact avec la peau.

Les serviettes hygiéniques lavables (SHL) s’utilisent pendant les règles. Il existe des modèles adaptés à tous les flux : léger, moyen, abondant. Il est même possible, pour certains modèles, d’ajouter une doublure pour augmenter la capacité d’absorption.

Vous pouvez tout à fait les utiliser pour les fameuses lochies après l’accouchement, le contact doux du tissu sera plus confortable pour vous.

Pour nettoyer vos protections périodiques, rincez-les rapidement sous l’eau froide avant de les passer à la machine. En cas de tâches tenaces, frottez-les avec un peu de sel et de l’eau ou un détachant écologique.

Les modèles en coton biologiques blanc peuvent garder des tâches après lavage : n’hésitez pas à les conserver avant lavage dans un petit seau d’eau et à les laver à haute température.

 

Serviette hygiénique lavables Graine de Couches

 

La coupe menstruelle

La fameuse « cup » est une petite coupe en silicone en forme de cloche, qui vient se placer dans le vagin (mais moins haut qu’un tampon). Elle recueille le flux menstruel.

On vide la coupe menstruelle dans les toilettes (il ne faut pas garder plus de 12 heures sans la vider), on la rince sous le robinet et on la remet. Si vous ne disposez pas de point d’eau, videz-la puis essuyez-la avec un mouchoir ou du papier et remettez-la en place. Entre chaque cycle, stérilisez votre coupe.

Elle ne présente quasiment que des avantages : elle n’irrite pas les muqueuses et respecte l’équilibre fragile de la flore vaginale.

On constate très peu de fuites, mais pour vous sentir complètement rassurée, vous pouvez porter un protège-slip lavable.

Evidemment, en la regardant comme ça, de prime abord, on peut se dire qu’elle est impossible à mettre ! Il faut prendre le coup de main et se sentir à l’aise et en confiance avec son corps. Il y a différentes méthodes pour l’insérer correctement et pour l’enlever. Exercez-vous, sans stress. Il faut en moyenne 2 à 3 cycles pour apprivoiser complètement sa coupe menstruelle.

Après une grossesse, il est préférable d’attendre quelques mois – idéalement après la rééducation du périnée – pour porter à nouveau sa coupe.

Utilisable pendant des années, c’est une méthode économique et écologique !

 

Convaincue ou encore hésitante sur l’hygiène féminine lavable ? N’hésitez pas à nous poser des questions en commentaires !