Quelles alternatives au lait de vache?

La suite tant attendue à l’article d’Amanda « Le Délicat sujet du lait de vache« ! Chez ApiNapi, nous avons testé et approuvé.

« Quand on cherche à diminuer sa consommation de lait de vache, on peut être un peu perdu face aux différentes alternatives.

Comment rééquilibrer son alimentation tout en préservant ses apports en protéines, calcium … ? Peut-on faire les mêmes choix pour soi à l’âge adulte que pour son enfant sans occasionner de carences ?

Allons voir de plus près …

Pour les nourrissons :

Jusqu’à 6 mois, l’intestin de l’enfant est immature, et donc extrêmement réactif et sensible. En effet, jusqu’à cet âge, sa paroi est poreuse (pour laisser passer les éléments protecteurs issus du lait maternel dans la circulation sanguine). C’est ainsi  que tant que le bébé est allaité, on, dit qu’ il est « protégé » par les défenses immunitaires de sa mère.

Pendant cette période, il est donc très important de limiter au maximum toutes les molécules étrangères qui, en passant dans le sang du bébé, peuvent être identifiées par le système immunitaire comme des agresseurs, et déclencher ainsi des réactions problématiques (intolérances, sensibilisation allergique, désordres intestinaux …). C’est pourquoi  on conseille une diversification alimentaire progressive, un aliment à la fois, et seulement à partir de 6 mois.

Si l’enfant n’est pas allaité et si le lait de vache pose problème, on devra donc agir avec les mêmes précautions pour ne pas risquer de perturber le terrain de l’enfant en profondeur.

La solution idéale serait bien évidemment de choisir un lait qui se rapproche le plus du lait maternel : sans hésitation le lait de jument !

Miam miam!

  • Le lait de jument : Sa composition le rend extrêmement précieux pour un nourrisson ! Regardez un peu : nettement moins riche en caséine que le lait de vache, et avec des protéines plus petites, il est beaucoup plus digeste.

Très dosé en calcium, vitamine C (3 à 6 fois plus que chez la femme), et vitamine A (très forte teneur), il est de plus très équilibré en bonnes graisses (autant d’oméga 6 que d’oméga 3). Il favorise le bon état des muqueuses et une bonne cicatrisation.

La cerise sur le gâteau ? Quasiment autant de lysozyme que dans le lait maternel. Cette enzyme qui soutient l’immunité de l’enfant et lui apporte protection face aux infections.

 

Lait maternel

Lait de jument

Lait de vache

Teneur en protéines

1,03gr/100mL

2,1gr/100mL

3,2gr/100mL

caséine

25%

2 fois moins que chez la vache : 13g/L

75%

25g/L

Calcium

0,32g/L

0,90g/L

1,2g/L

Lysozyme (enzyme bactéricide)

17-100mg/100mL

45-85mg/100mL

13mg/100mL

 

Alors pourquoi ne passe-t-on pas systématiquement sur le lait de jument me direz-vous ?

Malheureusement à cause du prix … à titre informatif, en alimentation exclusive pour un bébé, on arrive facilement à  400€ par mois ce qui n’est pas à la portée de toutes les bourses.

Mais gardez à l’esprit que pour des situations critiques, c’est un lait qui fait des merveilles.

Sinon, une petite astuce si vous souhaitez bénéficier de ses propriétés sans basculer complètement dessus : dissoudre l’équivalent d’une gélule dans chaque biberon de l’enfant.

Voici quelques noms de marques si vous souhaitez aller plus loin :

www.jumvital.com

www.laiterie-du-haras.fr

http://www.chevalait.com/

 

  • Les laits végétaux :

Jusqu’à  6 mois, le lait étant la nourriture exclusive de l’enfant, on ne pourra pas remplacer le lait animal seulement par une boisson végétale, cela occasionnerait des carences.

Il faudra donc systématiquement supplémenter avec une source digeste de protéines, acides gras, minéraux et vitamines.  

Plutôt que de rentrer dans une liste trop détaillée (et plutôt ennuyeuse !) des pour et des contres de chaque lait, je vais pour une fois m’appuyer directement sur une marque qui a déjà fait ce travail de réflexion depuis 30 ans, et propose des laits végétaux comblant parfaitement les besoins des nourrissons.

Voici donc quelques unes des boissons végétales de la marque De Bardo :

-  Bardo’Mill : association lait d’amande + poudre de corail riche en minéraux

-  Bardo’Zym : lait d’amandes + bactéries probiotiques + lithothamne (algue très riche en calcium, fer …)

- Enfin, pour info, sachez que vous pouvez aussi trouver une boisson mixte contenant du lait de jument : Bardo’Jum  (jument/chataigne/algue lithothamne).

Avec un nourrisson, vous l’aurez compris, il faut jouer la sécurité. On évite ainsi notamment le lait de soja, riche en purines et phytooestrogènes, et qui pourrait aussi provoquer des phénomènes allergiques.

Le lait de riz, quant à lui, trop pauvre sur le plan nutritif ne sera pas une bonne option pour un si petit enfant.

Pour les adultes :

Le débat est tout autre en ce qui nous concerne !

Notre alimentation est variée, nous avons donc de multiples sources de nutriments, minéraux et vitamines, ce qui nous laisse beaucoup plus de possibilités.

Si l’on cherche à remplacer le lait de vache dans ses céréales le matin par exemple, alors il y a l’embarras du choix : le lait d’amande est mon préféré car son gout est doux, et il a une très bonne teneur en calcium et magnésium. Mais il y a aussi le lait d’avoine, le lait de riz (de gout neutre), le lait de millet, de châtaigne, de soja bien sûr, et de coco ! Bien sûr, on ne retrouvera pas le velouté du lait de vache, mais on gagnera en revanche une large palette de saveurs.

Lait d'amande, en salé ou en sucré!

Mon coup de cœur : les boissons végétales La Mandorle.

Et en cuisine, vos avez aussi des petites briques de crèmes végétales qui pourront remplacer la crème fraîche dans les soupes, tartes, et autres plats. Pour être honnête, une quiche maison avec de la crème d’avoine n’a rien à envier à la traditionnelle à la crème fraîche, et elle est nettement plus digeste. Faites l’expérience, vous verrez que vos invités ne s’en rendront même pas compte J

Idem pour les yaourts, vous avez maintenant beaucoup de choix dans les yaourts au soja, ou aux laits de brebis et chèvre (plus digestes que le vache).

Alors faites vous plaisir et observez ce qui fait vibrer vos papilles !

Dernière question : peut-on se passer complètement de lait animal ? Bien sûr que oui, plusieurs pays en sont l’exemple. Mais si vous avez peur de manquer de calcium (c’est souvent ce qui revient comme interrogation), alors sachez que de nombreux aliments sont tout aussi riches en calcium que le lait de vache, tout en vous apportant par la même occasion une palette d’autres nutriments essentiels

Saviez-vous que le calcium des légumes est beaucoup mieux assimilé que celui du lait ? (50-70% contre seulement 30%)

En voici quelques exemples pour finir de vous rassurer.

Teneur en calcium pour 100gr :

-  Algues Lithothamne 2500-3400 mg  (+ teneur en Magnésium 1700-3300mg ; teneur en  Potassium 400-2000)

-  Algues wakamé ou aramé : 1300mg (identique à la teneur du lait)

-  Algues iziki ou laitue de mer : 1000mg (identique à la teneur de l’emmental ou du gruyère)

-  Sésame, graines : 966 mg

-  Algue Kombu : 500mg (identique à la teneur du comté)

-  Amarante : 490mg

-  Sardine en conserve avec arêtes : 380mg

-  Purée de sésame : 280mg

-  Amande : 247mg

-  Tofu : 215 mg

Cresson,  Persil, noisette, crevettes : 200mg (identique au fromage de chèvre)

Chou frisé : 195 mg

Graines de sésame à consommer sans modération!

Je vous souhaite une belle exploration et un bon appétit !

Amanda Velez

www.naturopathe-paris.net  »